Helsinki
Bruxelles
Lisbonne
Actualités et Archives de Jacques Delors
Actualités & Archives de
Jacques Delors
Accéder
Soutenez l'Institut Jacques Delors !
Cliquez ici
S'inscrire à la newsletter
S'inscrire à la newsletter
Consulter les newsletters
Eléments clés
Irlande - UE : 40 ans de cheminement
Pour une Fédération européenne d'Etats-nations : la vision de Jacques Delors revisitée
Où va l'Allemagne ?
Les interventions de l'UE au niveau national : quel impact?
Les dépenses européennes non communautaires
Voir plus d'éléments
AGENDA
Chercher
Thèmes :
Choisir...
Choisir un thème
Types :
Choisir...
Choisir un type
Dates :
Choisir...
Valider
Fédération d'Etats nations

L'identité européenne, Auschwitz et Mozart

le 03 Septembre 2006 à 12:38
Imprimer
Envoyer par e-mail
L'Autriche, Présidente de l'Union européenne depuis janvier 2006, a placé la question de l'identité européenne au coeur de son mandat. Elle a organisé à Salzbourg, les 27 et 28 janvier, une Conférence intitulée « Faire résonner l'Europe », afin d'amener chefs de gouvernements, « eurocrates », intellectuels et artistes à débattre de questions fondamentales pour l'avenir de l'Europe. Il était temps : l'Union traversel'une des plus graves crises de sa jeune existence.

Le 27 janvier est un double symbole. C'est la date de la libération du camp d'Auschwitz en 1945 et le 250e anniversaire de la naissance de Mozart. Aux lendemains de la guerre, les militants européens issus de la résistance - socialistes, fédéralistes ou chrétiens - ont une conscience aigue de la nécessité de brider la souveraineté absolue des Etats-nations. Pour que jamais plus ne se déchaînent les nationalismes dévastateurs, ils organisent le transfert de certaines compétences nationales vers une entité politique supérieure. C'est alors au nom de l'Homme, au nom de la survie même de la civilisation européenne, qu'il faut s'unir : « L'Europe est une conception de l'esprit. Mais si les hommes cessent de porter cette conception dans leur esprit et cessent de ressentir sa valeur dans leurs coeurs, elle mourra (...) C'est la suprême chance, et si nous la laissons échapper, personne ne peut prédire quelle catastrophe résultera de cet abandon ». En 1947, Churchill évoque ainsi l'importance qu'aura l'Europe pour les générations futures. 


Or, aujourd'hui, les principes ayant présidé à la construction européenne peinent à mobiliser les citoyens. La paix est devenue un acquis. Elle n'est plus à conquérir. Le projet européen est arrivé à un tournant de son histoire. Nous avons un marché commun, une monnaie unique, une politique commerciale commune. Cela ne suffit pas. l'Europe a maintenant besoin d'un « supplément d' âme ».


L'évocation de Mozart ne doit pas faire oublier que l'identité européenne n'est pas réductible à la « Haute culture ». l'Europe est l'affaire de tous. Le projet européen ne vivra pas s'il n'est soutenu que par les segments les plus riches, les plus éduqués et les plus mobiles des sociétés européennes. Rendant plus prégnantes les inégalités entre riches et pauvres, la globalisation est le défi majeur auquel l'Union doit Aujourd'hui apporter des réponses.


Elle peut constituer une chance pour l'identité européenne, faisant prendre conscience aux Européens de la nécessité de créer collectivement un projet nouveau. Les champs potentiels d'action ne manquent pas. Nos sociétés sont porteuses de conceptions originales de l'équilibre entre individu et société, ou entre les hommes et leur environnement. Des voix s'élèvent pour demander que la promotion de la diversité interne de l'Europe devienne l'un des objectifs majeurs de l'Union, dans un monde marqué par la progression de la standardisation culturelle. Une telle politique trouverait facilement ses déclinaisons concrètes : le soutien, par exemple, de la diversité linguistique de l'Europe, incluant les langues les moins répandues, comme l'Estonien ou le Breton. Et elle nourrirait le sentiment d'appartenance à l'Union de façon plus consistante que des politiques visant à harmoniser la taille des stylos à billes.


Face aux défis globaux, à ce que Jacques Delors appelle les « appels du large », les Européens ont besoin de rassembler leurs forces. La première étape consiste à rendre explicite ce qui les lie, pour ensuite transformer ces caractéristiques et aspirations communes en un nouveau projet commun. Une telle tâche ne saurait être confiée au pouvoir politique. l'identité ne se décrète pas d'en haut. Un projet de civilisation ne vaut rien s'il n'est porté par chacun de ses membres. Les autorités publiques doivent certes jouer leur rôle de catalyseur. Mais C'est avant tout à la société civile d'alimenter cette réflexion collective. C'est à tous ceux qui pensent que cela sera important d'être Européen, dans le monde de demain, d'apporter leur pierre à l'édifice commun.


Lire l'étude.

Contact - Plan du site - Mentions légales - Jobs
Institut Jacques Delors - 19, rue de Milan - 75009 Paris - Tel. +33 1 44 58 97 97 - Email : info@delorsinstitute.eu
Jacques Delors Institut – Berlin, Pariser Platz 6, 10117 Berlin
Powered by Walabiz
Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site internet.
En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies.