Helsinki
Bruxelles
Lisbonne
Actualités et Archives de Jacques Delors
Actualités & Archives de
Jacques Delors
Accéder
Soutenez l'Institut Jacques Delors !
Cliquez ici
S'inscrire à la newsletter
S'inscrire à la newsletter
Consulter les newsletters
Auteur
Nadège Chambon

Nadège Chambon

D'origine ardéchoise, Nadège Chambon est diplômée des Instituts d'Etudes Politiques de Lyon et ...
Eléments clés
Le projet d’une PAC pour l’après 2013 annonce-t-il une « grande » réforme ?
La PAC facteur de solidarité ou de désunion européenne ?
Les propositions de l’UE pour le développement rural après 2013: bon compromis entre innovation et conservatisme ?
La réforme de la PAC au delà de 2013 - Une vision à plus long terme
L'agriculture biologique en Europe : situation et perpectives
Voir plus d'éléments
AGENDA
Chercher
Thèmes :
Choisir...
Choisir un thème
Types :
Choisir...
Choisir un type
Dates :
Choisir...
Valider
Agriculture et développement rural

Interview de Nadège Chambon pour l'Expansion à propos de l'aide alimentaire européenne

le 20 Septembre 2011 à 19:20
Entretien par Nadège Chambon


Nadège Chambon, auteur du Policy Paper«La PAC facteur de désunion ou de solidarité européenne ?», Notre Europe, juin 2011 a répondu aux questions de l'Expansion.fr, mardi 20 septembre 2011, dans un article intitulé "Pourquoi l'aide européenne est menacée en Europe?"

Extraits:

Pourquoi le programme est-il remis en cause aujourd'hui?

Le débat actuel a en fait émergé dès 2008. Cette année là, "la Commissaire européenne a proposé de donner une base juridique plus solide au plan d'aide en lui attribuant deux objectifs: faire baisser les stocks agricoles, mais aussi contribuer à la sécurité alimentaire des plus démunis, avec une dimension sociale", rappelle Nadège Chambon, chercheuse spécialiste de la PAC pour le think tank "Notre Europe". Avec ce nouveau socle juridique, la Commission européenne aurait eu toute légitimité pour acheter des aliments en cas d'absence de surplus, voire pour élargir la gamme des produits fournis.

Mais le refus d'une poignée de pays, dont l'Allemagne, a enterré le projet. Ces Etats s'opposaient à ce que le programme alimentaire soit financé par le budget de l'UE. En 2010, le Commissaire à l'Agriculture actuel, Dacian Ciolos, a soumis une version amendée. "Elle permettrait d'augmenter la part des enveloppes de l'UE, mais aussi d'ouvrir le cofinancement au privé, des fondations par exemple", explique Nadège Chambon. La recherche de compromis a échoué une nouvelle fois aujourd'hui: l'Allemagne, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la République tchèque, le Danemark et la Suède continuent de s'opposer au texte, formant à nouveau une minorité de blocage qui rend son vote impossible.


Télécharger l'article en pièce jointe ou cliquer sur ce lien: l'Expansion.fr



Contact - Plan du site - Mentions légales - Jobs
Institut Jacques Delors - 19, rue de Milan - 75009 Paris - Tel. +33 1 44 58 97 97 - Email : info@delorsinstitute.eu
Jacques Delors Institut – Berlin, Pariser Platz 6, 10117 Berlin
Powered by Walabiz
Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site internet.
En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies.