Helsinki
Bruxelles
Lisbonne
Actualités et Archives de Jacques Delors
Actualités & Archives de
Jacques Delors
Accéder
Soutenez l'Institut Jacques Delors !
Cliquez ici
S'inscrire à la newsletter
S'inscrire à la newsletter
Consulter les newsletters
AGENDA
Chercher
Thèmes :
Choisir...
Choisir un thème
Types :
Choisir...
Choisir un type
Dates :
Choisir...
Valider
Publications

Destinées collectives

le 18 Mars 2011 à 16:51
Imprimer
Envoyer par e-mail

Des soulèvements dans le monde arabe pour renverser les pouvoirs en place, aux tragédies engendrées par le déchaînement de la nature au Japon, l’actualité nous rappelle que l’avenir de chacun dépend de nos destinées communes. Déjà traversée par une crise économique et financière, l’UE voit l’incertitude de ces prochains mois s’accroître.


Face à ces phénomènes qui nous dépassent, la seule parade efficace pour retrouver une emprise sur la situation consiste à agir collectivement. C’est précisément ce que le projet européen vise : en construisant des institutions communes, il s’agit de donner aux Européens la possibilité de maîtriser des problèmes devant lesquels la seule réponse politique nationale n’est plus assez efficace (économie, finance, commerce, changement climatique, sécurité, etc.).


Mais la démocratie est lente à se construire, même si son histoire peut connaître des phases d’accélération. Cela est particulièrement vrai dans le cas européen où les institutions communautaires doivent faire leur place au sein d’un système westphalien dans lequel l’Etat a servi de cadre de référence pour théoriser la démocratie moderne et ses attributs : la citoyenneté, le droit constitutionnel, l’équilibre des pouvoirs. Jeune à l’échelle d’une construction dans la durée, la méthode communautaire permet aux Européens de bâtir leurs institutions communes selon des modalités originales : l’UE ne comprend pas de gouvernement central mais selon la définition de Jean Monnet « établit un dialogue permanent entre un organisme européen responsable de proposer des solutions aux problèmes communs (i.e. la Commission) et les gouvernements nationaux qui expriment les points de vue nationaux ». Comme le montre l’analyse de Paolo Ponzano, et comme vient de le montrer le « feuilleton » du Pacte pour l’Euro (une initiative franco-allemande in extremis « communautarisée »), cette méthode communautaire peine à prévaloir dans le contexte actuel favorable à l’inter-gouvernementalisme.


Si cette méthode de fonctionnement des institutions communautaires (la Commission, le Conseil et le Parlement européens) constitue le socle institutionnel de la construction européenne, cet édifice n’est pas achevé pour autant. Olivier Costa, Renaud Dehousse et Aneta Trakalovà, éclairent cette recherche permanente d’un équilibre institutionnel par une analyse édifiante de l’institution qui a le plus évolué au cours de la dernière décennie : le Parlement européen. Notre Europe ouvre ainsi le premier volet d’une analyse du triangle institutionnel. En parallèle de cette recherche sur la démocratie représentative européenne, nous publions le 1er bilan des outils de démocratie participative qui ont eu lieu à l’échelle de l’UE depuis les années 2000. Une analyse qui apporte des réponses sur la fiabilité du recours à la démocratie participative pour l’UE.



Contact - Plan du site - Mentions légales - Jobs
Institut Jacques Delors - 19, rue de Milan - 75009 Paris - Tel. +33 1 44 58 97 97 - Email : info@delorsinstitute.eu
Jacques Delors Institut – Berlin, Pariser Platz 6, 10117 Berlin
Powered by Walabiz
Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site internet.
En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies.