Helsinki
Bruxelles
Lisbonne
Actualités et Archives de Jacques Delors
Actualités & Archives de
Jacques Delors
Accéder
Soutenez l'Institut Jacques Delors !
Cliquez ici
S'inscrire à la newsletter
S'inscrire à la newsletter
Consulter les newsletters
Auteurs
Yves Bertoncini

Yves Bertoncini

Yves Bertoncini est Directeur de l'Institut Jacques Delors depuis avril 2011. Il est administrateur ...
António Vitorino

António Vitorino

António Vitorino, né en 1957 à Lisbonne, est détenteur d’une licence de droit ...
AGENDA
Chercher
Thèmes :
Choisir...
Choisir un thème
Types :
Choisir...
Choisir un type
Dates :
Choisir...
Valider
Publications

Schengen à l'épreuve : enjeux et perspectives politiques

le 16 Février 2016 à 16:05
Policy paper par Yves Bertoncini et António Vitorino

© patty jesberger

António Vitorino et Yves Bertoncini analysent les racines civiques et diplomatiques de la crise de l’espace Schengen afin d’évaluer son ampleur et d’identifier les possibilités d’en sortir au cours des mois à venir. Leur Policy paper combine trois séries de constats et de recommandations politiques :

1. Schengen sous le feu croisé de visions politiques divergentes
- Alors que les Européens s’accordent à percevoir le terrorisme islamique comme une menace, certains d’entre eux perçoivent les demandeurs d’asile comme des "victimes" et d’autres comme une menace.
- "Schengen" se trouve pris entre deux feux, d’une part des représentations politiques nationales qui surestiment le potentiel réel de protection des frontières, et d’autre part des représentations pro-européennes qui minimisent la dimension sécuritaire de l’accord fondateur et la dimension populaire de la libre-circulation.
- La dénigration de Schengen est utilisée par les autorités nationales pour se décharger de leurs propres défaillances et responsabilités au regard de l’évolution de la crise des réfugiés et face aux menaces terroristes.

2. Une crise de solidarité, mais surtout une crise de confiance, sur le point d’être endiguée ?
- La construction de centres d’accueil ("hotspots") a le mérite de répondre au déficit de solidarité mais aussi au déficit de confiance entre les États membres de l’espace Schengen, comme le projet de "Corps européen de gardes-frontières" ;
- La menace terroriste déclenche dans les pays européens une solidarité plus instinctive, qui facilite l’adoption de mesures de sécurité au niveau de l’UE, mais comment est-il possible de parvenir à un échange fluide et fructueux d’informations entre des États européens qui continuent à s’espionner mutuellement ?
- On assiste à une course contre la montre, qui pourrait s’achever en 2018, entre l’européanisation du contrôle des frontières extérieures et la réintroduction temporaire de contrôles aux frontières nationales, qui constitue une "application" et non une "suspension" du code Schengen ;
- Les Européens vont-ils persister dans une attitude visant à maintenir les droits associés à l’appartenance à l’espace Schengen (plus de liberté et de coopération policière et judiciaire) tout en acceptant de supporter les charges supplémentaires qui en découlent (en termes à la fois de solidarité et de contrôle des frontières) ?

3. Plus d’Europe aux frontières, mais surtout au-delà : une question de souveraineté
- La création de "hotspots" et la relocalisation des demandeurs d’asile doivent être présentées comme des outils de gestion de crise justifiant l’exercice partagé de la souveraineté, afin de leur permettre d’être plus efficaces et de jouir d’une plus grande légitimité.
- Il est nécessaire d’agir dans le cadre d’un espace de "souveraineté partagée" au sein duquel la libre circulation s’applique à tous, y compris les terroristes djihadistes et les réseaux de trafic d’êtres humains, mais pas suffisamment aux policiers et aux informations dont ils disposent.
- La pression va continuer à s’exercer sur l’espace Schengen jusqu’à ce que les Européens se montrent capables de prévenir et de contrôler les crises se déroulant dans leur voisinage : agir à nos frontières ne sera pas efficace, seule "l’Europe puissance" peut contribuer à sauver Schengen.
 
António Vitorino et Yves Bertoncini concluent leur Policy paper en soulignant qu’il est bien trop tôt pour annoncer la mort de "Schengen", tout comme il était bien trop tôt pour annoncer le "Grexit" en 2015, et qu’il est même possible que la crise de l’espace Schengen ait une issue similaire à celle de la crise de la zone euro, conduisant alors à davantage de solidarité et de contrôle de l’UE.

Cet article est disponible uniquement en anglais. Une version française légèrement différente intitulée "'Schengen' sous tension : bilan et perspectives politiques" est publiée par la Revue socialiste et disponible ici.

Contact - Plan du site - Mentions légales - Jobs
Institut Jacques Delors - 19, rue de Milan - 75009 Paris - Tel. +33 1 44 58 97 97 - Email : info@delorsinstitute.eu
Jacques Delors Institut – Berlin, Pariser Platz 6, 10117 Berlin
Powered by Walabiz
Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site internet.
En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies.