Helsinki
Bruxelles
Lisbonne
Actualités et Archives de Jacques Delors
Actualités & Archives de
Jacques Delors
Accéder
Soutenez l'Institut Jacques Delors !
Cliquez ici
S'inscrire à la newsletter
S'inscrire à la newsletter
Consulter les newsletters
AGENDA
Chercher
Thèmes :
Choisir...
Choisir un thème
Types :
Choisir...
Choisir un type
Dates :
Choisir...
Valider
Publications

Les élections européennes de juin 2009 : un rendez-vous essentiel

le 12 Mai 2009 à 14:39
Imprimer
Envoyer par e-mail

Du 4 au 7 juin prochains, les électeurs européens ont été appelés aux urnes pour renouveler leurs représentants au sein du Parlement européen. Ce rendez-vous essentiel pour la démocratie européenne a lieu tous les cinq ans, et ce depuis trente ans. Ainsi, depuis 1979, ces élections confèrent au Parlement européen une grande légitimité démocratique, puisqu'il est le seul organe communautaire directement élu par les citoyens. C'est d'ailleurs cette légitimité démocratique qui a servi de moteur à la montée en puissance progressive de cette institution. l' « Assemblée parlementaire européenne » des débuts, composée de parlementaires nationaux désignés par leurs pairs et réduite à un rôle consultatif, est devenue, au fil des traités, un Parlement européen disposant de compétences budgétaires, législatives et politiques. La procédure de codécision, introduite par le Traité de Maastricht, met ainsi le Parlement européen sur un pied d'égalité avec le Conseil des ministres pendant la procédure décisionnelle.


Cependant, si le Parlement européen a vu son rôle augmenter considérablement, le taux de participation aux élections européennes a connu un sort inversement proportionnel. En effet, si en 1979 63% des électeurs européens s'étaient déplacés pour voter, seulement 45,5 % ont fait de même en 2004. Les élections de juin 2009 risquent de ne pas échapper à cette règle. Celles-ci se dérouleront en effet dans un contexte difficile : les conséquences sociales et économiques de la crise financière mondiale et la résurgence parallèle d'un réflexe de « chacun pour soi » se conjuguent avec une incertitude sur le sort réservé au Traité de Lisbonne qui devait notamment élargir les compétences du Parlement européen.


Par ailleurs, si le Parlement européen est perçu comme une institution importante, en laquelle les citoyens ont confiance, la couverture médiatique de celle-ci est faible et le travail du Parlement est souvent mal connu. Ce sont ces mêmes raisons que l'on invoque pour ne pas aller voter: manque d'information, mauvaise connaissance du Parlement, sentiment que vote ne changera rien. Dans un tel contexte, les scénarios qui prévoient une abstention record et une montée des extrêmes doivent être pris au sérieux.

Et pourtant, les élections européennes de 2009 n'ont pas manqué pas d'enjeux. Le Parlement européen a été le grand gagnant des dernières révisions des Traités, avec l'extension progressive du système de co-décision législative avec le Conseil. Mais le Parlement européen dispose également de pouvoirs budgétaires importants, qui seront renforcés si le Traité de Lisbonne entre en vigueur. Or, l'UE s'engagera au cours de la prochaine législature dans un réexamen de son budget, que les Etats membres ont tendance à réduire à un marchandage sans vision d'ensemble. Par ailleurs, même si le lien entre le résultat des élections européennes et le choix du Président de la Commission n'est formellement établi que dans le Traité de Lisbonne, le fait que cette désignation doive se faire au sein de la famille politique sortie gagnante au mois de juin relevait d'un accord implicite. Le Parlement européen a en effet approuvé le nom du Président que lui a proposé le Conseil. Le vote aux élections européennes exprime donc un choix beaucoup plus subtil que le oui/non très binaire d'un référendum. Il s'agissait d'une véritable occasion - rare puisqu'elle n'intervient que tous les cinq ans - d'exprimer sa vision de l'avenir de l'UE, selon sa sensibilité politique, et d'envoyer un signal fort vers les futurs euro-députés mais également la nouvelle Commission.
Contact - Plan du site - Mentions légales - Jobs
Institut Jacques Delors - 19, rue de Milan - 75009 Paris - Tel. +33 1 44 58 97 97 - Email : info@delorsinstitute.eu
Jacques Delors Institut – Berlin, Pariser Platz 6, 10117 Berlin
Powered by Walabiz
Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site internet.
En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies.