Helsinki
Bruxelles
Lisbonne
Actualités et Archives de Jacques Delors
Actualités & Archives de
Jacques Delors
Accéder
Soutenez l'Institut Jacques Delors !
Cliquez ici
S'inscrire à la newsletter
S'inscrire à la newsletter
Consulter les newsletters
Auteur
Jacques Delors

Jacques Delors

Né à Paris en 1925, Jacques Delors après une carrière au Commissariat Général du Plan, ...
Chercher
Thèmes :
Choisir...
Choisir un thème
Types :
Choisir...
Choisir un type
Dates :
Choisir...
Valider
Union européenne et Citoyens

Le sprint final d'une présidence de crises

le 10 Décembre 2008 à 18:49
Tribune par Jacques Delors
Imprimer
Envoyer par e-mail

Il faudra un certain temps pour analyser les conséquences durables sur le fonctionnement de l'Union de la gestion des crises qui ont marqué le semestre de la Présidence française. L'urgence des réponses à donner apparaît très souvent prioritaire - et parfois à juste titre - par rapport au respect des équilibres institutionnels ou entre Etats membres, pourtant si fondamentaux pour la bonne marche de l'UE. Mais quelles que soient les conclusions qui seront tirées à posteriori, force est de constater que cette présidence française n'a pas manqué de démonstrations de volonté politique et de leadership bienvenues face à une multiplication de crises sans précédent : crise institutionnelle avec le "non" irlandais au Traité de Lisbonne, crise géopolitique avec le conflit en Géorgie, et bien sûr crise financière dont les conséquences économiques et sociales s'annoncent de grande ampleur.


Le dernier Conseil européen d'une présidence semestrielle est souvent l'heure du bilan. Le gouvernement qui a en charge la présidence de l'Union aime pouvoir dire que celle-ci a permis de faire progresser les dossiers annoncés comme prioritaires à ses yeux. La France devra donc rendre des comptes sur ce qu'elle aura permis de faire dans le domaine de l'immigration, du bilan de santé de la politique agricole, du paquet « énergie et climat » et de la défense. A cela s'ajoutera sans doute un état des lieux sur la situation dans le Caucase, sur les perspectives de ratification du Traité de Lisbonne et sur l'avenir du plan de relance européen et des résolutions de la réunion du G20 du mois de novembre. Aussi valorisants qu'ils puissent être pour la présidence en exercice, ces bilans semestriels n'ont pas pour autant beaucoup d'intérêt s'ils ne sont pas une manière de passer le flambeau de façon constructive aux deux présidences qui forment le Trio s'étant engagé sur un programme commun, en l'occurrence les présidences tchèques et suédoises.


Si la nécessité du bilan doit dont être relativisée, celle de la décision et de l'action reste, quant à elle, incontestable. C'est dans ce contexte d'urgence historique que Notre Europe a décidé de publier la Déclaration qu'a adoptée le Comité d'Orientation de Notre Europe composée de personnalités de haut niveau et présidé par Jacques Delors, appelant au lancement d'un "Eurobond" et soulignant l'enjeu majeur que constituera la prochaine élection du Parlement européen en juin 2009. Notre Europe publie également un texte personnel de l'un des membres du Comité Européen d'Orientation, Guy Verhofstadt sur la crise financière. Enfin Notre Europe souhaitant maintenir l'attention sur l'importance de la ratification du Traité de Lisbonne en 2009 a demandé à l'experte irlandaise Brigid Laffan de nous donner son sentiment sur l'issue du problème posé par le "non" irlandais.



Contact - Plan du site - Mentions légales - Jobs
Institut Jacques Delors - 19, rue de Milan - 75009 Paris - Tel. +33 1 44 58 97 97 - Email : info@delorsinstitute.eu
Jacques Delors Institut – Berlin, Pariser Platz 6, 10117 Berlin
Powered by Walabiz
Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site internet.
En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies.