Helsinki
Bruxelles
Lisbonne
Actualités et Archives de Jacques Delors
Actualités & Archives de
Jacques Delors
Accéder
Soutenez l'Institut Jacques Delors !
Cliquez ici
S'inscrire à la newsletter
S'inscrire à la newsletter
Consulter les newsletters
Communiqués de presse
Paris, 3 juillet 2017 - Nomination de M. Sébastien Maillard à la direction de l’Institut Jacques Delors
3/07/2017 par nconti
Enrico Letta nommé Président de l’Institut Jacques Delors
5/07/2016 par nconti
De la Communauté européenne de l'énergie à l'Union de l'énergie
26/01/2015 par sbaz
Un nouveau rapport européen appelle à protéger la diversité cinématographique
20/11/2014 par sbaz
Le Prix de l’Initiative européenne 2014 décerné à Y.Bertoncini & T.Chopin
27/06/2014 par lmarnas
Revues de presse
Yves Bertoncini dans les médias en 2016
9/05/2017 par nconti
L'Institut Jacques Delors dans les médias en 2016
2/05/2017 par nconti
Jacques Delors dans les médias en 2015
13/05/2016 par nconti
Yves Bertoncini dans les médias en 2015
31/03/2016 par nconti
La déclaration du comité européen d'orientation de l'Institut Jacques Delors 2014 dans les médias
19/02/2015 par sbaz
AGENDA
Chercher
Thèmes :
Choisir...
Choisir un thème
Types :
Choisir...
Choisir un type
Dates :
Choisir...
Valider
Médias

Sofia Fernandes dans Le Temps "Les mesures sociales dans la zone euro sont jugées timides"

le 03 Octobre 2013 à 17:11
Imprimer
Envoyer par e-mail

Sofia Fernandes, chercheur sur les affaires économiques et sociales est citée dans dans Le Temps dans un article intitulé "Les mesures sociales dans la zone euro sont jugées timides" et publié le 3 octobre 2013.


Les mesures sociales dans la zone euro sont jugées timides
Ram Etwareea

La Commission a fait des propositions pour un meilleur suivi sur les détresses humaines liées à la crise. Martin Schulz, président du Parlement européen, les juge insuffisantes et souhaite la création d’un fonds social européenPeu ambitieux. Peu démocratique. Martin Schulz, le président du Parlement européen, n’a pas hésité un seul instant avant de tirer à boulets rouges sur les mesures jugées timides proposées mercredi par la Commission européenne en vue de renforcer le volet social de l’Union économique et monétaire (UEM). «La lutte contre le chômage des jeunes doit rester la première priorité de l’Union», a plaidé l’Allemand dans un communiqué.Tableau de bordLa présentation du volet social de l’UEM était attendue depuis plusieurs mois. De nombreux Etats, plus particulièrement la France, ne cessent de faire remarquer que la Commission s’est beaucoup investie pour aider l’économie (industrie et finance), mais a ouvert peu de chantiers pour aider les citoyens victimes de la crise. «Un nouveau tableau de bord pour mesurer la détresse, d’accord, ironise Richard Freedman, porte-parole de Martin Schulz. Les 26 millions de jeunes chômeurs européens auraient toutefois préféré des mesures plus concrètes pour mettre fin à cette détresse.»Le tableau de bord en question constitue la principale proposition de la Commission. Pour le commissaire chargé de l’Emploi et des Affaires sociales, Laszlo Andor, il sera pris en considération lorsque les experts feront des recommandations stratégiques aux Etats. Il reprendra des indicateurs classiques: taux de chômage, taux de chômage des jeunes, revenu disponible des ménages, taux de risque de pauvreté de la population active et inégalités. Auxquels s’ajouteront quelques autres données comme le chômage à long terme. «Le nouveau tableau de bord fonctionnera comme un mécanisme d’alerte, a dit le commissaire. Nous devons être capables de détecter les signes avant-coureurs des crises et y répondre pour ne pas laisser croître les disparités.»

Laszlo Andor a rappelé les mauvais chiffres qui prévalent sur le plan social en Europe: le taux de chômage des jeunes a atteint un niveau sans précédent de 23% – en Grèce, c’est 63%; le chômage de longue durée est en hausse et la suppression de postes va de pair avec une précarisation du travail. 

Enfin, la pauvreté augmente depuis 2007 et 24,2% de la population est menacée d’exclusion.Sofia Fernandes, chercheuse à Notre Europe, un centre d’analyses et de réflexion basé à Paris, et co¬auteure de l’étude Une dimension sociale pour l’UEM, pourquoi et comment? , salue la volonté de la Commission de mieux surveiller les déséquilibres sociaux.Un fonds social En revanche, elle s’attendait à un plan plus ambitieux qui corrigerait notamment les déséquilibres sociaux. «La crise oblige les pays les plus affectés à une dévaluation interne par le biais d’une baisse des coûts salariaux, ce qui creuse encore le fossé au sein de la population.» Selon elle, un instrument comme une assurance chômage établie au niveau européen, sans qu’il s’agisse d’un transfert des ressources financières d’un pays à un autre, serait bienvenu. «Cette idée n’est pas nouvelle et a même été défendue par le commissaire Andor l’an dernier», rappelle-t-elle. A ce sujet, le président du Parlement européen a déclaré hier qu’il s’attendait à ce que les Etats acceptent de créer un fonds social européen qui serait financé à 25% par des allocations versées aux divers fonds de cohésion.
Sofia Fernandes a enfin plaidé pour un rôle accru des ministres du Travail et des Affaires sociales dans la gouvernance de l’UE. 
Contact - Plan du site - Mentions légales - Jobs
Institut Jacques Delors - 19, rue de Milan - 75009 Paris - Tel. +33 1 44 58 97 97 - Email : info@delorsinstitute.eu
Jacques Delors Institut – Berlin, Pariser Platz 6, 10117 Berlin
Powered by Walabiz
Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site internet.
En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies.