Helsinki
Bruxelles
Lisbonne
Actualités et Archives de Jacques Delors
Actualités & Archives de
Jacques Delors
Accéder
Soutenez l'Institut Jacques Delors !
Cliquez ici
S'inscrire à la newsletter
S'inscrire à la newsletter
Consulter les newsletters
Auteur
Martin Hoepner

Martin Hoepner

Chercheur, Institut Max Planck pour l'étude des sociétés, Allemagne
Eléments clés
L’accès aux prestations sociales pour les citoyens mobiles de l’UE : "tourisme" ou fantasme ?
Un nouvel élan pour l'Europe sociale
Erasmus Pro : pour un million de "jeunes apprentis européens" d'ici 2020
Travailleurs détachés dans l'UE : état des lieux et évolution réglementaire
Inégalités sociales en Europe - Le défi de la convergence et de la cohésion
Voir plus d'éléments
AGENDA
Chercher
Thèmes :
Choisir...
Choisir un thème
Types :
Choisir...
Choisir un type
Dates :
Choisir...
Valider
Solidarité et Europe sociale

Des réponses politiques à des problèmes judiciaires ? l'Europe après les arrêts Viking,Laval et Rüffert

le 18 Juillet 2008 à 10:25
Note par Martin Hoepner

© Tous droits réservés par Kati Giblin

Contribution de Martin Höpner au débat en ligne organisé par Notre Europe et l'Institut Syndical Européen sur les arrêts Viking, Laval et Rüffert de la CJE


Les arrêts Viking (2007), Laval (2007) et Ràffert (2008) ne sont que les derniers épisodes d'une longue histoire de libéralisation européenne imposée par voie judiciaire. d'un point de vue allemand, la libéralisation effective des services publics, la suppression du monopole de l'ancien Office fédéral de l'emploi et les restrictions imposées au secteur bancaire public et aux services publics de radiodiffusion en sont quelques exemples notoires (pour en savoir plus, voir les écrits de Fritz Scharpf). 


Dans les arrêts Centros (1999), àœberseering (2002) et Inspire Art (2003) - tous trois relatifs au droit des sociétés -, la CJCE interdit aux États membres d'appliquer la théorie dite « du siège effectif » (selon laquelle les sociétés relèvent du droit du pays dans lequel elles sont domiciliées, plutôt que du droit du pays où elles ont été constituées). Il est à noter que les conséquences de cette décision pour le système allemand de codétermination du conseil de surveillance sont encore inconnues. En octobre 2007, la CJCE décidait que la loi Volkswagen (Volkswagengesetz), qui protège le constructeur auto mobile contre les acquisitions hostiles, constituait une restriction illégale à la libre circulation des capitaux.



Contact - Plan du site - Mentions légales - Jobs
Institut Jacques Delors - 19, rue de Milan - 75009 Paris - Tel. +33 1 44 58 97 97 - Email : info@delorsinstitute.eu
Jacques Delors Institut – Berlin, Pariser Platz 6, 10117 Berlin
Powered by Walabiz
Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site internet.
En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies.