Helsinki
Bruxelles
Lisbonne
Actualités et Archives de Jacques Delors
Actualités & Archives de
Jacques Delors
Accéder
Soutenez l'Institut Jacques Delors !
Cliquez ici
S'inscrire à la newsletter
S'inscrire à la newsletter
Consulter les newsletters
Communiqués de presse
Nomination de M. Sébastien Maillard à la direction de l’Institut Jacques Delors
4/09/2017 par nconti
Enrico Letta nommé Président de l’Institut Jacques Delors
5/07/2016 par nconti
De la Communauté européenne de l'énergie à l'Union de l'énergie
26/01/2015 par sbaz
Un nouveau rapport européen appelle à protéger la diversité cinématographique
20/11/2014 par sbaz
Le Prix de l’Initiative européenne 2014 décerné à Y.Bertoncini & T.Chopin
27/06/2014 par lmarnas
Revues de presse
Yves Bertoncini dans les médias en 2016
9/05/2017 par nconti
L'Institut Jacques Delors dans les médias en 2016
2/05/2017 par nconti
Jacques Delors dans les médias en 2015
13/05/2016 par nconti
Yves Bertoncini dans les médias en 2015
31/03/2016 par nconti
La déclaration du comité européen d'orientation de l'Institut Jacques Delors 2014 dans les médias
19/02/2015 par sbaz
Auteur
Stephen Boucher

Stephen Boucher

Stephen Boucher est Directeur de programme, politiques européennes du climat à la European Climate ...
AGENDA
Chercher
Thèmes :
Choisir...
Choisir un thème
Types :
Choisir...
Choisir un type
Dates :
Choisir...
Valider
Médias

Stephen Boucher dans La Tribune: Hydrogène : la France ne doit pas se laisser distancer

le 14 Janvier 2008 à 14:58
Entretien par Stephen Boucher
Imprimer
Envoyer par e-mail



Dans un point de vue récemment publié dans La Tribune, Stephen Boucher de Notre Europe et Thierry Alleau de l'Association Française de l'Hydrogène alertent les autorités françaises sur le risque que la France se fasse distancer par les Etats-Unis et l'Asie dans le développement des solutions énergétiques liées à l'hydrogène. Cet avertissement vaut pour toute l'UE. Comme pour d'autres technologies énergétiques promettant potentiellement un avenir moins pollué, l'UE a le potentiel d'être leader, mais souffre d'indécision et d'une trop grande dispersion des moyens nationaux. La Commission présentera des idées sur le financement des technologies à faible intensité carbonique au cours de 2008. Espérons que moyens et volonté seront à la hauteur des enjeux.



Texte





En janvier 2005, nombre d'industriels entendaient avec soulagement le président Jacques Chirac mentionner pour la première fois la nécessité de développer une filière française de l'hydrogène et des piles à combustible. Depuis, très peu de déclarations officielles, une référence d'une ligne seulement dans la synthèse de 108 pages du Grenelle de l'environnement. La France passe-t-elle à côté d'un enjeu écologique et industriel majeur ? Ou a-t-elle raison de rester prudente ?





Certes, des budgets existent et nos équipes de recherche sont du meilleur niveau mondial. Une cinquantaine de projets de recherche sont en cours en France, et une douzaine d'autres seront prochainement sélectionnés par l'Agence nationale de la recherche. Malgré cela, le fossé s'élargit avec d'autres pays. Les Etats-Unis, le Canada, la Corée du Sud, le Japon et, récemment, la Chine ont pris une longueur d'avance.





Sur le plan européen, la Commission a pris la mesure de l'enjeu. Elle a lancé en octobre dernier une ambitieuse "Initiative technologique commune" (JTI), permettant des partenariats public-privé autour de l'hydrogène énergie, dotée de près de 500 millions d'euros sur sept ans.





L'industrie française a les qualités nécessaires pour être au rendez-vous. Mais quid de la volonté politique ? Certains répondront que l'avenir de l'hydrogène en tant que vecteur d'énergie est incertain, parce qu'il serait dangereux, cher, difficile à fabriquer et à stocker, et que son bilan environnemental serait mauvais, car il est aujourd'hui extrait du gaz naturel. Ils n'ont qu'en partie raison.





Certes, l'hydrogène, comme tout combustible, présente des risques, mais ils ne sont pas plus élevés qu'avec le gaz naturel. Certes, il est plus cher que l'essence ou le fioul hors taxes, mais son développement ne fait que débuter et il est déjà moins cher que ces mêmes combustibles, toutes taxes incluses. Certes, son stockage est plus complexe que celui des carburants fossiles liquides, mais la technologie propose déjà des solutions.





Le constat partagé aujourd'hui entre experts tend vers un réalisme pragmatique entre le scepticisme exagéré des uns et l'optimisme irréaliste des autres, car l'hydrogène a au moins deux atouts maîtres. C'est potentiellement une solution pour réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre des transports. L'hydrogène "propre" n'est pas difficile à fabriquer, soit à partir des fossiles avec séquestration du CO2, soit à partir des renouvelables ou du nucléaire par électrolyse de l'eau. L'hydrogène est d'ailleurs le moyen de développer les énergies renouvelables, car il permet de stocker l'énergie produite de manière intermittente par le vent, le soleil ou les marées.





Comment interpréter l'apparente timidité officielle ? S'agit-il d'une décision stratégique de miser prioritairement sur le nucléaire ? Si tel est le cas, il faut comprendre que l'hydrogène est un vecteur d'énergie complémentaire du nucléaire. Il peut être produit de manière abondante en heures creuses sans CO2. La raison serait-elle que nos dirigeants, d'abord séduits, ont réalisé que le développement à grande échelle, en particulier dans le domaine automobile, se situait au-delà d'un horizon - politiquement long - de quatre ou cinq ans ? Si oui, notons que des applications de l'hydrogène sont déjà sur le marché : électronique nomade, deux-roues, production d'électricité et chaleur...





S'il est notoirement difficile de prédire l'avenir dans le domaine énergétique, il est possible de l'infléchir. Les bénéfices de l'hydrogène ne seront pas visibles tant que l'on n'aura pas atteint une phase industrielle massive. Or, une diffusion large ne verra le jour que soutenue par une volonté politique très forte. Si l'on ne s'en donne pas les moyens, les solutions permises par l'hydrogène resteront longtemps cantonnées à des domaines restreints. Elles risquent même de nous être imposées par d'autres pays au détriment de notre industrie.





Que faire ? Il faut d'abord taxer les émissions de gaz à effet de serre. La présidence française de l'UE offre l'opportunité de faire progresser ce débat. Une telle taxation facilitera la production d'hydrogène accompagnée d'une séquestration sûre du carbone ou à partir d'électricité renouvelable ou nucléaire. L'Etat doit ensuite augmenter les fonds alloués à l'innovation énergétique et diversifier leur distribution. Enfin, il faut dynamiser la politique industrielle française de l'hydrogène, sans exclure des usages qui ne sont pas nécessairement associés à la pile à combustible, comme son insertion progressive dans le gaz naturel.





Non, l'hydrogène n'est pas la réponse universelle à tous nos besoins énergétiques. Mais il fera partie du bouquet des solutions comme vecteur, en complément de l'électricité et des biocarburants. A condition de s'en donner les moyens.



Contact - Plan du site - Mentions légales - Jobs
Institut Jacques Delors - 19, rue de Milan - 75009 Paris - Tel. +33 1 44 58 97 97 - Email : info@delorsinstitute.eu
Jacques Delors Institut – Berlin, Pariser Platz 6, 10117 Berlin
Powered by Walabiz
Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site internet.
En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies.