Helsinki
Bruxelles
Lisbonne
Actualités et Archives de Jacques Delors
Actualités & Archives de
Jacques Delors
Accéder
Soutenez l'Institut Jacques Delors !
Cliquez ici
S'inscrire à la newsletter
S'inscrire à la newsletter
Consulter les newsletters
AGENDA
Chercher
Thèmes :
Choisir...
Choisir un thème
Types :
Choisir...
Choisir un type
Dates :
Choisir...
Valider
Compétition Coopération Solidarité

Une Union de l’énergie pour la transition énergétique européenne

le 29 Juin 2012 à 09:48
Imprimer
Envoyer par e-mail

Une Union de l’énergie pour la transition énergétique européenne
 
L’Institut Jacques Delors poursuit son action pour le développement d’une ambitieuse Union européenne de l’énergie fondée sur la proposition de « Communauté européenne de l’énergie » mis en avant par Jacques Delors en 2010.
 
Cette Union de l’énergie n’est pas seulement un moyen de renforcer la solidarité entre les peuples et États européens. Elle est aussi un projet politique pour accélérer la transition énergétique en Europe : permettre aux systèmes énergétiques de fournir aux citoyens et aux entreprises d’Europe une énergie durable, sûre et à un coût abordable.
 
Le rapport « De la Communauté européenne de l’énergie à l’Union de l’énergie » de l’Institut Jacques Delors paru en 2015 détaille le contenu de cette Union de l’énergie. Se fondant en partie sur ce rapport, la Commission européenne publia sa vision ambitieuse de l’Union de l’énergie dans sa stratégie-cadre du 25 Février 2015. Pour s’assurer que l’Union de l’énergie soit sur la voie tracée par la vision de Jacques Delors, l’Institut Jacques Delors se concentre sur trois objectifs clés :

- L’Union de l’énergie doit servir l’intérêt des consommateurs d’énergie (entreprises et citoyens). Cela implique de dépasser l’attitude actuelle qui, à Bruxelles comme dans les capitales nationales, fait que la politique énergétique sert les intérêts des producteurs d’énergie plutôt que des consommateurs.

- La finalité de l’Union de l’énergie est la décarbonation. En lien avec l’Accord de Paris, les Européens doivent bâtir un système énergétique neutre-en-carbone, au cours du 21ème siècle. Ce défi est plus facile à relever dans le cadre d’une coopération pan-européenne que dans le cadre des politiques nationales décidées en isolation.

- L’Union de l’énergie doit être un outil de renforcement de la souveraineté des peuples européens. Cela implique notamment que la sécurité énergétique européenne soit suffisamment garantie pour que les Européens puissent mener la politique étrangère qu’ils souhaitent, sans que celle-ci ne soit trop contrainte par leurs besoins énergétiques.

 
Pour aider concrètement à réaliser ces objectifs, l’Institut Jacques Delors centre son travail sur cinq dimensions de l’Union de l’énergie :

- La recherche et l’innovation sont des outils cruciaux pour accélérer la transition énergétique. Cela implique de dépasser une approche techno-centrée de l’innovation pour favoriser l’introduction de nouvelles pratiques, technologiques, processus et comportements dans toutes les organisations qui produisent, distribuent ou consomment de l’énergie.

- Une gouvernance efficace est clée pour accélérer la transition énergétique. Cela implique de dépasser le clivage « Union européenne vs. États-Nations ». La transition énergétique est plus aisée dans le cadre d’une bonne articulation entre les différents niveaux de la gouvernance, incluant le niveau international (p.ex. Accord de Paris) ainsi que le niveau local (p.ex. les villes), la société civile et les initiatives privées.

- La transition énergétique s’exprime aussi par une réorientation des flux d’investissements. Au-delà de la « finance verte », la transition énergétique constitue un élément de la décarbonation de nos modes de vie. Cela implique d’étudier tous les flux d’investissements, pas uniquement les investissements publics et/ou ceux directement liée à la finance verte. Le ‘Plan Juncker’ peut-être utile pour diffuser ce changement de mentalités.

- L’Union de l’énergie ne dispose pas encore une forte dimension sociale. Le soutien populaire à l’Union de l’énergie sera plus difficile à recueillir si ce projet est perçu comme étant injuste. L’Union de l’énergie doit donc permettre la création de meilleurs emplois pour les travailleurs européens et traiter la question de la pauvreté énergétique pour s’assurer que chacun puisse bénéficier des services énergétiques de base essentiels à une vie décente en Europe.

- La sécurité énergétique est cruciale pour garantir que les besoins énergétiques ne minent pas la capacité des européens à déterminer eux-mêmes leur propre destinée. Dans ce contexte, le débat sur Nordstream 2 est fondamental pour savoir si la « Solidarité énergétique européenne » relève plus de la réalité que du slogan. 

Contact - Plan du site - Mentions légales - Jobs
Institut Jacques Delors - 19, rue de Milan - 75009 Paris - Tel. +33 1 44 58 97 97 - Email : info@delorsinstitute.eu
Jacques Delors Institut – Berlin, Pariser Platz 6, 10117 Berlin
Powered by Walabiz
Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site internet.
En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies.