Helsinki
Bruxelles
Lisbonne
Actualités et Archives de Jacques Delors
Actualités & Archives de
Jacques Delors
Accéder
Soutenez l'Institut Jacques Delors !
Cliquez ici
S'inscrire à la newsletter
S'inscrire à la newsletter
Consulter les newsletters
Communiqués de presse
Paris, 3 juillet 2017 - Nomination de M. Sébastien Maillard à la direction de l’Institut Jacques Delors
3/07/2017 par nconti
Enrico Letta nommé Président de l’Institut Jacques Delors
5/07/2016 par nconti
De la Communauté européenne de l'énergie à l'Union de l'énergie
26/01/2015 par sbaz
Un nouveau rapport européen appelle à protéger la diversité cinématographique
20/11/2014 par sbaz
Le Prix de l’Initiative européenne 2014 décerné à Y.Bertoncini & T.Chopin
27/06/2014 par lmarnas
Revues de presse
Yves Bertoncini dans les médias en 2016
9/05/2017 par nconti
L'Institut Jacques Delors dans les médias en 2016
2/05/2017 par nconti
Jacques Delors dans les médias en 2015
13/05/2016 par nconti
Yves Bertoncini dans les médias en 2015
31/03/2016 par nconti
La déclaration du comité européen d'orientation de l'Institut Jacques Delors 2014 dans les médias
19/02/2015 par sbaz
Auteur
Laurent Cohen-Tanugi

Laurent Cohen-Tanugi

Laurent Cohen-Tanugi est vice-président et trèsorier de l'Institut Jacques Delors. Normalien, ...
AGENDA
Chercher
Thèmes :
Choisir...
Choisir un thème
Types :
Choisir...
Choisir un type
Dates :
Choisir...
Valider
Médias

Laurent Cohen-Tanugi dans Les échos: La mission européenne du comité Balladur

le 02 Octobre 2007 à 15:34
Article par Laurent Cohen-Tanugi
Imprimer
Envoyer par e-mail

Chronique parue le 2 octobre 2007 dans Les Echos.





Le comité sur la réforme des institutions présidé par Edouard Balladur achèvera prochainement ses travaux. Au-delà du casse-tête que constitue pour lui le sort à réserver à la dyarchie exécutive - singularité de la Ve République au sein des grandes démocraties occidentales - dans un régime à la tournure de plus en plus présidentialiste, son grand oeuvre sera de donner enfin au Parlement les prérogatives qui lui reviennent, sinon dans un régime présidentiel à l'américaine, du moins chez nos voisins allemands et britanniques. C'est sur ce terrain-là qu'il est à juste titre attendu.





Mais, ainsi que l'a courageusement suggéré Jean-Pierre Jouyet, secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, il est un autre sujet, en apparence mineur, sur lequel le comité Balladur pourrait faire oeuvre utile, en affranchissant la diplomatie française (et la construction européenne) du boulet que représente la récente obligation constitutionnelle de soumettre toute nouvelle adhésion à l'Union au vote du peuple français.





On se souvient des circonstances politiques à l'origine de cette étrange initiative. Face au risque que l'opposition à l'entrée de la Turquie dans l'Union ne vienne compromettre davantage le vote référendaire sur le Traité constitutionnel européen, le président Chirac avait entendu donner à ses adversaires la garantie constitutionnelle d'une consultation populaire à ce sujet. Avec pour résultat le rejet du traité et la constitutionnalisation d'un aberrant référendum national préalable à tout nouvel élargissement.





L'inadéquation d'une telle obligation constitutionnelle en ce qui concerne l'accession future des petits Etats de l'ex-Yougoslavie se passe de longs développements. S'agissant de la candidature turque, enjeu véritable de cette affaire, le « bouclier » référendaire français apparaît non seulement inutile, mais surtout calamiteux pour notre diplomatie et notre politique européenne.





Inutile, car on imagine mal un gouvernement assez irresponsable pour laisser le processus d'adhésion progresser jusqu'à l'étape ultime d'un « non » prévisible du peuple français, avec les conséquences désastreuses que cela aurait sur les rapports franco-turcs et franco-européens. Calamiteux parce que, si légitimes et fortes que soient les préventions contre l'entrée de la Turquie dans l'Europe, une telle épée de Damoclès handicape la diplomatie française et européenne sur un sujet des plus complexes, qui relèvera, le moment venu, d'une décision stratégique européenne (au vu, notamment, de l'état du monde, de celui de la Turquie, et de l'état de santé de l'Union), et ne saurait être l'otage d'un vote populaire national, avec la démagogie qui s'y attache inévitablement. Si une majorité de l'opinion publique française reste hostile à l'adhésion turque, ce sera au gouvernement et au Parlement d'en tenir compte dans l'exercice de leurs prérogatives respectives.





Reste la question plus globale des frontières de l'Union, sur laquelle les dirigeants ont jusqu'ici, il est vrai, fait preuve d'une coupable légèreté. Mais une question aussi vaste et abstraite ne saurait pas davantage relever de référendums nationaux. Elle sera au centre de la réflexion sur l'avenir de l'Europe que Nicolas Sarkozy a opportunément proposé à nos partenaires de confier à un comité de sages.





En éliminant de sa Constitution, au seuil de l'année de sa présidence de l'Union, son référendum anti- élargissement, la France pourrait montrer la voie sur un terrain plus vaste : la nécessité, dans une Europe à vingt-sept fonctionnant toujours à l'unanimité, d'en finir avec les référendums nationaux en matière de ratification des traités. La négociation est suffisamment laborieuse entre vingt-sept gouvernements pour ne pas encore soumettre le compromis enfin obtenu aux aléas des conjonctures politiques nationales, au-delà des ratifications parlementaires. Si l'Europe se trouve un jour face à un choix suffisamment déterminant pour justifier une consultation populaire, que celle-ci soit organisée au niveau de l'Union avec des règles de majorité spécifiques.





La question de l'adhésion turque, si elle se pose un jour, pourrait être de celles-là .





De quoi réconcilier - une fois n'est pas coutume - souverainistes et fédéralistes...

Contact - Plan du site - Mentions légales - Jobs
Institut Jacques Delors - 19, rue de Milan - 75009 Paris - Tel. +33 1 44 58 97 97 - Email : info@delorsinstitute.eu
Jacques Delors Institut – Berlin, Pariser Platz 6, 10117 Berlin
Powered by Walabiz
Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site internet.
En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies.