Helsinki
Bruxelles
Lisbonne
Actualités et Archives de Jacques Delors
Actualités & Archives de
Jacques Delors
Accéder
Soutenez l'Institut Jacques Delors !
Cliquez ici
S'inscrire à la newsletter
S'inscrire à la newsletter
Consulter les newsletters
Auteur
Laurent Cohen-Tanugi

Laurent Cohen-Tanugi

Laurent Cohen-Tanugi est vice-président et trèsorier de l'Institut Jacques Delors. Normalien, ...
Chercher
Thèmes :
Choisir...
Choisir un thème
Types :
Choisir...
Choisir un type
Dates :
Choisir...
Valider
Union européenne et Citoyens

Laurent cohen-Tanugi dans Les échos:"Europe : halte à l'immobilisme!"

le 29 Décembre 2006 à 11:31
Article par Laurent Cohen-Tanugi

A l'approche du Conseil européen de juin, censé faire le point sur la "période de réflexion" décrétée après l'échec des référendums français et néerlandais, la plus grande circonspection demeure sur les moyens de relancer la construction européenne, et notamment de sortir de l'impasse un traité constitutionnel désormais ratifié par quinze Etats membres sur vingt-cinq.


La communication adressée par la Commission au Conseil européen le 10 mai dernier ne laisse pas de décevoir à cet égard, de la part d'une institution ayant vocation à impulser le processus européen, notamment lorsque les Etats membres sont aux abonnés absents. Comme après de précédents déboires référendaires, les choses fonctionnent malheureusement à rebours : tétanisée, la Commission s'en remet aux Etats membres qui, paralysés eux-mêmes, se défaussent sur "le citoyen", hypothétique figure dont les préférences en matière européenne sont immanquablement réputées minimalistes, en dépit de tous les signes contraires.


La communication précitée de la Commission s'intitule ainsi "Un agenda pour le citoyen", et juge prioritaire que l'Europe "produise des résultats" sans attendre l'éventuel dénouement de l'imbroglio institutionnel. On ne saurait être en désaccord avec cette démarche, d'autant que la Commission reconnaît par ailleurs la nécessité tout aussi impérieuse d'un "règlement institutionnel" et laisse ouvert l'avenir du traité. Mais on cherchera en vain dans ses propositions le fil conducteur d'une relance de l'Europe, tandis que le règlement du problème institutionnel est renvoyé à un avenir indéfini.


Sur la question fondamentale des finalités nouvelles du projet européen aujourd'hui, il est pourtant un mot d'ordre simple, synthétique, impérieux et mobilisateur, susceptible de fournir à l'Europe l'équivalent de ce que fut le Marché unique pour la Commission Delors au milieu des années 80 : faire en sorte que le continent européen demeure un acteur économique et politique significatif dans le monde du XXIe siècle. Le résultat est loin d'être acquis, surtout si les dirigeants européens gaspillent trois nouvelles années à avoir peur de leur ombre.


S'agissant du calendrier d'une décision sur le traité, la Commission propose en effet de repousser encore l'heure de vérité: tandis que le rendez-vous d'octobre 2006 initialement prévu a déjà été reporté d'un an dans l'attente de l'élection présidentielle française, Bruxelles n'envisage plus désormais pour 2007 qu'une simple et vague "déclaration politique" des Etats membres, susceptible d'ouvrir la voie à une résolution ultérieure du problème institutionnel.

Contact - Plan du site - Mentions légales - Jobs
Institut Jacques Delors - 19, rue de Milan - 75009 Paris - Tel. +33 1 44 58 97 97 - Email : info@delorsinstitute.eu
Jacques Delors Institut – Berlin, Pariser Platz 6, 10117 Berlin
Powered by Walabiz
Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site internet.
En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies.