Helsinki
Bruxelles
Lisbonne
Actualités et Archives de Jacques Delors
Actualités & Archives de
Jacques Delors
Accéder
Soutenez l'Institut Jacques Delors !
Cliquez ici
S'inscrire à la newsletter
S'inscrire à la newsletter
Consulter les newsletters
AGENDA
Chercher
Thèmes :
Choisir...
Choisir un thème
Types :
Choisir...
Choisir un type
Dates :
Choisir...
Valider
Publications

Entre le Monde et la Nation : retrouver le goût de l'intégration régionale

le 22 Novembre 2006 à 14:31
Imprimer
Envoyer par e-mail

L'intégration régionale : rempart permettant de se protéger de méfaits de la globalisation et d'en tirer les bénéfices ? Ou cheval de Troie de celle-ci ? Force est de constater qu'elle peine en Europe. Elle semble ailleurs recueillir les faveurs de dirigeants sud-américains -comme instrument de lutte « anti-impérialiste »- et asiatiques. A l'heure où les négociations commerciales du cycle de Doha, suspendues depuis juillet, laissent la place à une multiplication d'accords commerciaux bilatéraux, la coordination politique régionale garde plus que jamais sa pertinence. C'est ce que deux études sur les cas de l'Amérique du Sud et de l'Asie que Notre Europe publiera prochainement soulignent.

Lundi 13 novembre, Hugo Chavez, président du Venezuela, profitant de la découverte de gisements pétroliers dans le bassin de l'Orénoque, affirme ainsi que cette manne ne profitera pas aux « puissances impérialistes » mais servira à encourager l'intégration régionale du sous-continent sud-américain. Au même moment, les négociations commerciales se multiplient en Asie. Les membres de l'APEC (Asia-Pacific Economic Cooperation, 21 membres asiatiques et les Etats-Unis, le Chili, le Canada et le Mexique) s'apprêtent à se retrouver au Vietnam. Les 10 membres d'ASEAN se réuniront en décembre, suivis de « l'ASEAN + 3 », avec l'Inde, l'Australie et la Nouvelle Zélande.

Ces efforts encouragent-ils l'intégration dans ces régions ? Dans le cadre de son programme de recherche sur les dynamiques d'intégration régionale, deux études Notre Europe respectivement sur l'intégration en Amérique du Sud et sur le cas de l'industrie automobile dans l'intégration régionale asiatique et européenne indiquent que les velléités d'intégration régionale ne parviendront pas dans l'immédiat à freiner la vague actuelle d'accords bilatéraux, unanimement considérés comme nuisibles au libre commerce international. Elles indiquent aussi que l'industrie peut jouer un rôle moteur dans ces dynamiques d'intégration, mais que l'UE peine à encourage l'intégration régionale ailleurs dans le monde.

En Amérique du Sud, le degré d'intégration du Mercosur et de la Communauté Andine des Nations se situe Aujourd'hui aux environs de 10%, contre 66% pour l'UE. l'étude coordonnée par Alvaro Artigas identifie les causes de ce retard, tout en identifiant de nouvelles dynamiques qui permettent d'imaginer un renforcement des structures régionales latino-américaines au cours des prochaines années.

Notre Europe prolongera ces travaux en 2007 par une analyse de l'intégration en Afrique et une analyse globale des dynamiques d'intégration.

Que peut l'UE dans cette situation ? Dialoguer, encourager, servir de référence - et non prétendre offrir un modèle non reproductible -, et partager son expérience. C'est ce que fait Notre Europe. C'est aussi l'ambition de la toute récente Assemblée Parlementaire Euro-Latino Américaine, qui, dans sa déclaration inaugurale le 9 novembre, affirmait que « l'intégration régionale, en accord avec les règles multilatérales, est la meilleure réponse à apporter à la globalisation économique et à la lutte contre la pauvreté pour atteindre les Objectifs de Développement du Millénaire ». Elle encourage aux accords d'association entre l'UE et le Mercosur en vue, à terme, d'un partenariat interrégional plus poussé.

Au-delà , pour « retrouver l'envie de l'Europe, entre le Monde et la nation », comme y invitait le récent colloque de Notre Europe organisé à l'occasion de ses 10 ans, « l'UE doit rétablir le compromis, ou alors il faut se tenir prêt à se retrancher derrière les frontières de l'Etat-nation », a averti Pascal Lamy, directeur général de l'OMC en conclusion du séminaire.

L'intégration régionale chez nous connaît une phase de ralentissement. Si les perspectives d'hypothétiques Union asiatique ou Union latino-américaine sont très lointaines, les signes de relève pourraient cette fois venir d'autres régions du monde.

Contact - Plan du site - Mentions légales - Jobs
Institut Jacques Delors - 19, rue de Milan - 75009 Paris - Tel. +33 1 44 58 97 97 - Email : info@delorsinstitute.eu
Jacques Delors Institut – Berlin, Pariser Platz 6, 10117 Berlin
Powered by Walabiz
Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site internet.
En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies.